La Compagnie des mousquetaires du Roi

Passez votre curseur ou cliquez sur les cartes des personnages pour en découvrir davantage !

C’est une compagnie de soldats valeureux et expérimentés évoluant sous le commandement de Tréville.

Historiquement fondé en 1622 comme un corps de cavalerie, ce groupe est formé principalement de nobles qui ont mérité la reconnaissance sur le champ de bataille et furent honorés par le Roi pour leur bravoure. Ils sont d'ailleurs assignés à la protection du roi Louis XIII à l'intérieur des appartements royaux. 

Ils font également office de gardes du corps quand le roi quitte le palais pour une chasse ou lors de ses visites protocolaires en des royaumes voisins, mais ils sont aussi mandatés à la protection de dignitaires étrangers et des autres occupants du palais royal, tout particulièrement la reine Anne à laquelle ils sont entièrement dévoués. 

C’est un groupe prestigieux ; n’entre pas qui veut dans les mousquetaires ! Il faut d’abord être accepté pour devenir cadet, et enfin gagner son statut de mousquetaire par l’accomplissement d’exploits héroïques. 

On les dit fêtards... au point que plusieurs aubergistes sont très heureux de les voir dépenser leur solde dans leur établissement en tant qu’habitués ! Ils sont véritablement portés par un esprit de camaraderie mais peuvent se montrer plutôt turbulents. Cela est sans doute dû à leur longue expérience qui leur a donné une confiance en eux à toute épreuve.

Tout homme ou femme ayant envie de vivre des aventures dignes des romans de cape et d’épée et ayant à coeur la protection des secrets et autres mystères de la maison royale voudra joindre ce groupe d’exception ! 

(Veuillez prendre note que cette guilde ne peut pas être choisie lors de la création de votre personnage. Elle devra être intégrée en jeu.)

Compétences :

Compétence de base : Panache 

Cette compétence permet d'ignorer le dernier dégât reçu et ses effets. Le personnage doit s'écrier « C'est une blessure superficielle! ». Après le combat (ou 5 minutes plus tard si la compétence est activée hors combat), le personnage recevra une blessure grave. 

Ne permet pas de bloquer un « meurs » ou un « coup assommant ». Utilisable une fois par période.   

Privilège de base : Armurerie 

Le personnage se verra remettre gratuitement un permis de port d'arme valide pour les pistolets et mousquets ainsi que la possibilité de recevoir un certain nombre de munitions gratuites (pétards) à la réunion de guilde.   

Compétence d'acolyte : Un pour tous et tous pour un !   

Permet au personnage de lancer le cri de ralliement des mousquetaires pour se donner à lui-même et à trois autres mousquetaires un cri de guerre défensif pour la période. Utilisable une fois par période.

Il n'est pas possible d'être sous l'effet de plus d'un cri de ralliement durant une période.

Compétence de chef : Botte secrète de mousquetaire 

Le chef des mousquetaires peut, avec l’arme de son choix, effectuer un désarmement une fois par période. Il doit annoncer « désarmement » à son adversaire en touchant son arme ou son bras tenant l'arme.

Personnages :

Tréville


Fils de marchand, Tréville renonça jeune au négoce pour les armes et partit alors pour Paris. D’abord cadet-gentilhomme, puis mousquetaire, il est vite monté en grade pour devenir, récemment, capitaine de la Compagnie des mousquetaires du Roi. Soldat aguerri excellant à l’épée, honorable et distingué, il traite ses hommes avec un respect tout paternel, leur pardonnant rapidement leurs écarts et leurs excès. 

Il aurait, d’ailleurs, des liens de cousinage avec certains d’entre eux. Il est entièrement dévoué au Roi, qui lui accorde une grande confiance, et à la Reine avec laquelle il s’est lié d’amitié… C’est peut-être sous l’influence de celle-ci qu’il a développé une légère aversion pour le cardinal de Richelieu ? À moins que cela ne soit dû à son esprit de compétition... Qui sait !

Athos


Mousquetaire d’exception, Athos se distingue sur tous les plans : l’intellect, la bravoure, la sagesse, le maniement des armes, la stratégie militaire... et même par la beauté de ses traits ! Sans conteste, il est le plus grand épéiste de sa compagnie.  Athos incarne les valeurs héroïques d’autrefois... et ne sait pas non plus résister à un duel à la loyale ! 

Il est fidèle en amitié, ses camarades les plus précieux étant Porthos et Aramis. Il fait office de leader au sein des mousquetaires. Il est toutefois d’un naturel taciturne et mélancolique… voire tourmenté. Y aurait-il un sombre drame là-dessous ? 

Porthos


De grande taille, Porthos serait même d'une force herculéenne ! Droiture et bonté sont au nombre de ses qualités, alors que la rudesse et la coquetterie feraient partie de ses défauts… D’une loyauté indéfectible envers ses compagnons d’armes, il fait bon de l’avoir dans un groupe. Porthos n’a pas son pareil pour festoyer et faire bonne chère! 

Son caractère simple est toutefois affecté par une touche de vanité... Sans grande délicatesse, Porthos fait preuve de flamboyance et est extrêmement volubile. Porthos est, pour tous les mousquetaires, un exemple de courage et de valeur.

Aramis


Complétant le trio des plus célèbres mousquetaires, Aramis incarne la finesse. Son excellence dans les joutes oratoires laisse transparaître un esprit aussi aiguisé que son épée. Aramis est une personne discrète et efficace appréciant les intrigues en tous genres - que ce soit les histoires de cœur ou les magouilles politiques - et sachant dénouer les complots mieux que quiconque. 

Aramis a une conception nuancée et non manichéenne du monde lui permettant de tolérer les zones grises. Peut-être est-ce dû à ses études comme séminariste ? Parfois rustre, c’est une véritable force de la nature. Une âme romantique l’habite.

D’Artagnan


D’Artagnan rêve de devenir un jour mousquetaire, comme son père, qui fut ami et compagnon d'armes de Tréville. De petite noblesse gasconne, cela ne l’empêche pas d’avoir des ambitions élevées à la hauteur de son caractère passionné ! D’Artagnan a les défauts de ses qualités... Une hardiesse poussée jusqu’à témérité, une intrépidité qui pourrait être qualifiée d’impétuosité et une fougue qui trahit l’impatience de la jeunesse. 

De noble cœur et ayant toute confiance en ses aptitudes, ses actions sont guidées par ses idéaux chevaleresques, ce qui en fait une personne parfois trop candide. Sa vivacité d’esprit lui permet toutefois de ruser quand cela est nécessaire à la réalisation de ses objectifs.

François de Bourbon-Vendôme


Second fils de
César de Bourbon, il est en l'occurrence le petit-fils du précédent roi de France. À l’instar de son père, il a embrassé très tôt une carrière militaire, participant même à une expédition guerrière à l’âge de 12 ans ! De par sa naissance, il est donc le plus prestigieux des mousquetaires. 

Doté d’une grande prestance, on le dit beau comme le soleil et doux d’apparence, ce qui ne gâte pas son tempérament volage et séducteur : il excelle dans les galimatias ! Ses détracteurs disent qu’il allie une témérité extraordinaire à la plus grande des sottises, ce qui le blesse grandement car il accorde une grande importance à sa réputation. 

Savinien de Cyrano, dit de Bergerac


Cyrano, comme on le nomme, est autant connu pour ses prouesses de bretteur que pour ses dons littéraires. Il s’est engagé chez les mousquetaires, mais en bon amant des mots, il se commet à la poésie et parfois même comme pamphlétaire, ce qui lui a valu une place de choix au Cabaret des Artistes

Libre-penseur, idéaliste et bouillant, il se crée autant d’ennemis par ses écrits irrévérencieux et ses diatribes enflammées que par sa propension à se sentir insulté au moindre regard de travers. Les blessures qui ont déjà ravagé son corps au cours de sa jeune existence sont autant dues à des duels échevelés qu’à des campagnes militaires. Mais le plus grand drame de Cyrano est qu’il se trouve atrocement laid, ce qui le freine dans ses élans amoureux, lui qui est un véritable romantique.