Concepts de jeu

La vengeance et la loi

Lorsque quelqu’un fait du tort, il y a deux voies pour avoir justice : La vengeance ou la loi. La tradition Franc veux que ceux qui sont victimes de torts se rendent justice eux-même à travers la vengeance, par le sang. Cette tradition est appelée “la faide”. Puisque c’est une question de rétablir son honneur et celui de sa famille, c’est une action publique. Le résultat d’une faide est habituellement la mort de l’adversaire. Une série de traditions encadre la vengeance et celle-ci est une solution extrême et rare. Les rois, épuisés de perdre leurs sujets car ils s'entre-tuent continuellement, ont instauré un système de justice avec la loi Salique. Ce qui peut paraître étrange dus à notre perception de justice moderne, la loi Salique sert principalement à protéger la vie des coupables. Lorsqu’une procédure de justice est entamée, toute opportunité de vengeance est bloquée. Tous les crimes se règlent en payant une compensation à la victime. Si celui qui a commis le crime ne peut payer, celui ci devra se départir de ses biens en compensation, ou même payer de sa liberté et devenir esclave de ceux à qui il a commis du tort.

Premier bandeau

Les pillages et les guerres

Un vieil adage disait “La terre ira à celui qui sait la garder”. C’est toujours vrai! Les familles s'arrachent les terres les plus fertiles par la hache et le sang. Les guerres de conquête sont considérés une façon “saine” de déterminer qui est le plus apte à la protéger des peuples ennemis. Mais les familles ne sont pas toujours en force de déclarer une guerre, et même certaines puissances ne sont pas intéressés à la responsabilité d’une terre. Dans ce cas, il est possible de piller les terres de leurs ennemis et de prendre une partie de leurs ressources futurs. Cependant, les rumeurs se propagent vite, les pilleurs maintenant riches ont encore plus de chances d’être la cible d’autres pilleurs...

Les nutritis

Tous n’ont pas la chance d’être nés dans une des grandes familles du royaume. Pour les autres, le roi dans sa grande bonté accueille au palais les enfants d’aristocrates moins bien entourés et leur offre couvert, gîte et éducation à l’école du palais. Lorsqu’il sont plus vieux, ils continuent de vivre au palais et forme avec leurs consoeurs et confrères de sort, avec qui ils ont tissé des liens, un regroupement qui agit comme s’ils étaient une grande famille. bien sur étant nourris par la famille royal, ceux-ci sont reconnaissants et sensibles à leurs désirs, leur rendant services ici et là. En d’autres termes, il existe pour ceux qui n’ont pas de famille un regroupement pour qu’ils apprécient tous les aspects du jeu.

Deuxième bandeau

Les amours interdits

Nous sommes à une époque bien avant le fin amor et la courtoisie, mais la romance a trouvé racine il y a bien plus longtemps. Les jeunes et moins jeunes jouent à ce jeu où ils courtisent un membre d’une famille ennemie et se donnent rendez-vous à des lieux secrets. Les couples jouant ce jeu se donnent des défis de preuve de leur affection de plus en plus dangereux en échange de sourire, le plaisir étant de vivre dans l’interdit plutôt que l’union publique du couple. Une telle relation mise au grand jour serait dangereuse pour les deux, mais surtout perdrait tout son intérêt. On raconte qu’un groupe secret se serait développé pour protéger ces amours interdits… mais personne n’en est sûr.

La place de l’homme et de la femme dans la société

Malgré qu’elle était de mortelles ennemies, le passage au pouvoir de deux puissantes reines au pouvoir, Frédégonde et Brunehaut, a grandement influencé la perception des femmes et leur rôle dans la société. En effet, à l'exception du pouvoir du Roi, qui est un rôle qui se transmet de père en fils, aucun titre, honneur, ou guilde ne sera limité aux hommes ou aux femmes. Aussi, contrairement aux lois d’autres régions à la même époque qui donnait des peines plus élevées aux femmes qu’aux hommes pour les mêmes crimes (telle la loi Gombette), il existe plusieurs lois qui protègent spécifiquement les femmes sur plusieurs sujets. Entre autre, les montants à payer en compensation du meurtre d’une femme sont beaucoup plus élevés que pour un homme, allant jusqu’à trois fois le prix. Ce point, bien que légèrement amplifié pour les besoins d’un grandeur nature moderne, représente une réalité historique Franc. Entre autre, les lois à ce sujet sont pris tel qu’ils étaient dans le texte original de la loi Salique.